Pêche à l’aimant dans les cours d’eau, lacs et canaux

La pêche à l’aimant est totalement illégale, sans autorisation de la Direction Régionale des Affaires culturelles (DRAC) et du propriétaire, en cas de fouilles sur un terrain privé. Contactez une association.

Associations à contacter:

L’aimant dunkerquois dépollution:


O’prop aimant62:

  • Effectuer des actions de nettoyage des cours et plans d’eaux par plusieurs moyens mis à disposition, informer et former le maximum de population à la préservation de l’environnement. 
    06.64.30.47.29
    opropaimant62@gmail.com
    Page Facebook

En savoir plus:

Que dit la loi?

Comme pour la recherche dans le sol, la pêche à l’aimant est soumise à une autorisation préalable si elle a pour effet de rechercher des monuments et objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie (article L542-1 du code du patrimoine). Il s’agit d’une déclinaison de la détection des métaux dans le sol. C’est le préfet (instruction par la DRAC) qui accorde l’autorisation.
 Il est nécessaire en outre de disposer de l’autorisation du propriétaire des lieux, public (mairie) ou privé (étang, puits, mare…). Ainsi, pour les autres cours d’eau, lacs, rivières, fleuves et canaux, l’autorisation de l’Etat est exigée. 

Quels sont les dangers?

Cette activité est dangereuse, car elle provoque souvent l’extraction de munitions enfouies, mettant en péril la vie des pratiquants, et détournant les équipes de déminage de leur vocation première, la lutte anti-terroriste.
La manipulation de munitions de guerre par des particuliers représente un risque réel et dangereux.

Références

Edit de Colbert attribuant à l’État toute découverte réalisée dans un cours d’eau.
Article L 542-1 et R 542-1 du Code du Patrimoine.