Non au harcèlement: que faire face à une situation de harcèlement à l’école ou de cyberharcèlement?

Si votre enfant subit de façon répétée des violences verbales et/ou morales (surnoms méchants, insultes, moqueries, brimades, rejets du groupe…), des violences physiques (bousculades, coups), des vols, il est victime de harcèlement. Lorsque ces mêmes faits se déroulent sur les réseaux sociaux, par SMS ou par courriel, on parle de cyberharcèlement. Les conséquences peuvent être graves (baisse des résultats scolaires, perte de l’estime de soi, décrochage scolaire, profond mal être). Aucun enfant, aucun adolescent ne doit subir cela, personne ne doit rester silencieux !

Si vous avez besoin de conseils complémentaires, contactez le

Numéro vert “NON AU HARCÈLEMENT”
30.20

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h (sauf les jours fériés).

Que pouvez-vous faire contre le harcèlement?

Il faut en parler pour trouver de l’aide et des solutions !

  • Prenez rendez-vous avec la direction de l’école, du collège ou du lycée. Exposez en détail ce que subit votre enfant. Vous pouvez vous aider de la fiche de repérage pour noter ce que vous avez constaté. Demandez quelles sont les actions menées, les mesures prises pour protéger votre enfant et les réponses proposées pour prendre en charge le problème.
  • Si la situation est avérée, l’établissement scolaire mettra en œuvre, avec vous, les solutions adaptées pour que votre enfant ne subisse plus cette violence. Informez-vous régulièrement sur le suivi de la situation de votre enfant ainsi que sur les actions menées au sein de l’établissement pour lutter contre le harcèlement.
  • Contactez un délégué de parents d’élèves pour réfléchir au partenariat possible entre les parents d’élèves et l’établissement pour prévenir le harcèlement et améliorer les relations entre élèves.
  • Si vous hésitez à joindre l’établissement ou que la résolution du problème vous semble lente, vous pouvez contacter le référent harcèlement académique en utilisant le numéro vert 30.20.
  • Votre enfant peut craindre de parler : rassurez-le, demandez-lui ce qu’il souhaite, expliquez-lui que les adultes sont là pour l’aider et faire cesser la violence qu’il subit.

Que faire contre le cyberharcèlement?

Si votre enfant subit des violences sur internet (réseaux sociaux, courriel) et sur son téléphone portable, on parle de cyberviolences. Souvent, les violences en ligne s’enracinent dans des phénomènes de violence existant au sein du groupe de pairs. Si ces cyberviolences – insultes, moqueries, humiliations, menaces, diffusion de rumeurs et/ou d’informations à caractère privé, usurpation d’identité, etc.- sont intentionnelles et se répètent, on parle de cyberharcèlement.

Si vous avez besoin de conseils complémentaires, contactez le:

Numéro vert “NET ÉCOUTE”:
30.18

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h (sauf les jours fériés).


“Non, au harcèlement” au collège Jacques Prévert

Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école, quelques extraits des productions des élèves de 6ème affichées dans le collège.

Intervention en 6ème 3 hier avec Mme Buchart, professeure principale et Mme Baude, CPE.

Travail des 4-2 avec M. Chochoy; réflexions autour d’une définition du harcèlement après avoir visionné les films de prévention, “Fragile” et “La rumeur”.


“Non, au harcèlement” à l’école Fortry

Ce jeudi 18 novembre a eu lieu la journée nationale contre le harcèlement scolaire.

L’école, s’étant engagée dans un projet sur ce thème, a mené des séances et des actions toute la semaine pour aboutir avec tous les élèves de l’école a un grand “NON” Ce travail sera poursuivi tout au long de l’année.


Travail sur le harcèlement par la classe de Madame Soriot de l’école Fortry

Dans le cadre du projet E-Kids encadré par le BGE, la classe de Mme Soriot a travaillé sur le harcèlement. Les élèves ont décidé de réaliser des affiches pour inciter les personnes harcelées à en parler.

Nous sommes les 27 élèves de la classe de CE2 CM1 de l’école Georges Fortry.

Cette année, nous avons construit un projet sur le harcèlement.

Tout a commencé quand la maîtresse a accroché une affiche au fond de la classe en septembre. Nous avons écrit ce qui nous embêtait au quotidien. Nous avons eu plusieurs idées, toutes très bien mais nous avons fait un vote et c’est le harcèlement qui a été élu.

Ensuite, nous avons rencontré Anne-Laure qui travaille au BGE de Dunkerque. Grâce à elle, nous connaissons nos goûts et nos qualités. Elle nous a dit que nous étions des petits entrepreneurs parce qu’on allait mener un projet du début à la fin.

Par la suite, Monsieur Papineau de l’entreprise Pépiz est venu nous expliquer son travail et comment faire pour que nos affiches soient lisibles.

Nous avons beaucoup travaillé sur le harcèlement. Nous avons commencé par écouter des chansons et la maîtresse nous a lu des histoires. Nous nous sommes creusé la tête pour réussir à convaincre les gens de ne pas laisser faire les harceleurs. Alors, nous avons décidé de faire des affiches.

Nous avons dessiné nos idées mais, hélas cela ne rendait pas joli dans l’affiche. Nous avons donc décidé de faire des photographies. Nous avons donné toutes nos idées à notre maîtresse puis nous nous sommes mis en scène. Ensuite, la maîtresse a fait un montage avec nos photos et nos slogans.

Nous avons contacté l’entreprise Fac Simile qui a accepté de nous imprimer nos affiches gratuitement.

Enfin, nous avons pu distribuer les affiches dans les différentes écoles et quelques commerces de notre ville afin de convaincre le plus de monde possible de l’importance de parler aux adultes quand on est harcelé mais aussi quand on est témoin de harcèlement.